Origines historiques

Les romains se seraient installés à Saint Paul lès Romans et à Génissieux, le long de l’ancienne voie romaine “ Meyanne ” qui reliait les Alpes à Vienne. Deux mosaïques, représentant les travaux d'Hercule et Orphée ont été mises à jour à Saint Paul et sont actuellement exposées au musée de Valence.

Pour rejoindre Orange et le sud il fallait aller jusqu’à Châteauneuf pour traverser l’Isère sur le pont romain “ de la déesse ”. Plus près de Romans, un petit temple païen dédié à Mercure aurait été édifié sur la route de l’Allobrogie, au sommet de la colline des Chapeliers.

Les premiers témoignages d’occupation humaine sur Romans remontent à l’époque mérovingienne. On connaît par les textes l’existence en 692 de grands domaines burgondes, gros villages possédés par de riches familles. Les domaines de Gineciacum (Génissieux) et de Parthenis (Parnans ) qui s’étendaient jusqu’à l’Isère furent offerts à l’église de Vienne par leurs propriétaires.

Puis les invasions commencent avec l’arrivée des sarrasins en 730.

Pendant son règne Charlemagne amène ordre et tranquillité et réorganise administrativement son empire. L’Isère devient alors la limite séparative de deux comtés que l’empereur confie aux hommes d’église : l’archevêque de Vienne au nord, l’évêque de Valence au sud.

En 810, Rothman donne la terre de sa villa Conquerius située dans le comté de Vienne à Barnard, l’archevêque de Vienne. On sait aussi que les terres de la villa Pisanciano, bien que situées rive gauche, dans le comté de l’évêque de Valence, furent également offertes par leur propriétaire à l’archevêque de Vienne.

Au centre du village de Saint Paul lès Romans se trouvent les bâtiments (privés) d'une commanderie des chevaliers de l'ordre de Malte, achetés au chapitre de Saint Barnard en 1231 pour héberger les pèlerins en route vers la Terre Sainte. Construite autour d'une cours intérieure, la commanderie est défendue par des tours d'angle avec mâchicoulis.

L'église romane comporte ancienne pierre tombale à gauche de l'entrée. Il y en avait une autre à droite près du petit pont qui enjambe la Joyeuse (pont de l'époque romaine). A l’intérieur de l'église, la petite chapelle de droite (dessous le clocher) daterait de l'époque romaine.

Enfin plus près de nous et datant un silo à grain remarquable construit par l’architecte Georges Salomon en 1932 s’impose à l’entrée nord du village. Il est encore utilisé par la coopérative agricole.

Photos anciennes fournies par M.Taly